Vous etes ici : Les Faucheurs Volontaires d'OGM / Article en lecture

 


  • AGENDA

  • Analyses
  •   ARTICLE EN LECTURE

     
    DOCUMENTS

    Le 20-08-2017 / 07.20      





    PROCÈS DE FOIX CONTRE LE GLYPHOSATE

    Ariège: manifestation contre le glyphosate en soutien à des militants en procès.

     Manifestation contre le glyphosate en soutien à des militants en procès, le 17 août 2017 à Foix dans l'Ariège (AFP/REMY GABALDA).

    Plusieurs centaines de personnes demandant l'interdiction du glyphosate ont manifesté jeudi à Foix en soutien à des membres du collectif local des Faucheurs volontaires qui devaient comparaître au tribunal correctionnel, a-t-on appris auprès des manifestants et de la police.

    Entre 250 et 400 personnes selon les sources ont défilé à la mi-journée sous le soleil dans le centre de Foix.

    Au rythme de la samba, ils ont scandé des slogans dénonçant l'utilisation du glyphosate, une substance entrant dans la composition de nombreux herbicides dont le Roundup, a indiqué à l'AFP Jacques Dandelot, membre du Collectif ariégeois des faucheurs volontaires, qui s'opposent aussi aux OGM.

    La foule a finalement rejoint le tribunal, devant lequel 21 personnes ont été renvoyées suite à deux actions ayant eu lieu dans des magasins ariégeois.

    Le 27 septembre 2016, une dizaine de personnes avaient recouvert de peinture des bidons d'herbicide dans deux magasins près de Pamiers dont une enseigne M. Bricolage, rendant ces produits impropres à la vente. Le 1er mars 2017, 17 militants avaient mené une action similaire à Foix dans une enseigne Bricomarché.

    Le 16 juin, le tribunal avait décidé de joindre les deux dossiers et de renvoyer l'audience à ce jeudi.

    Les 21 prévenus sont poursuivis pour "dégradation du bien d'autrui en réunion" et encourent 15.000 euros d'amende et 3 ans d'emprisonnement, selon leur avocat, Me Guillaume Tumerelle.

    Jeudi, les différentes parties n'ont pas été entendues: le tribunal a décidé d'examiner une question préjudicielle formulée par la défense, pour savoir si "les méthodes européennes d'évaluation des produits sont conformes au principe de précaution", a précisé l'avocat.

    Le tribunal rendra sa décision le 12 octobre, et dira s'il saisit ou non la justice européenne de cette question, a-t-il précisé.

    "C'est une très bonne décision si elle est confirmée. Le procureur est allé dans notre sens", s'est félicité Me Tumerelle.

    Sollicitée, la défense de l'un des magasins plaignants n'a pas souhaité s'exprimer jeudi.

    L'utilisation du glyphosate, herbicide le plus utilisé dans l'UE, est devenue de plus en plus controversée. Une pétition européenne dénonçant ses dangers pour la santé et l'environnement et demandant son interdiction a réuni mi-juin plus d'un million de signatures.

    En juillet, la Commission européenne a décidé de proposer le renouvellement de la licence du glyphosate pour 10 ans dans l'UE, ce à quoi la France s'était opposée en 2016.

    Le nouveau ministre de l'Environnement Nicolas Hulot a assuré que son pays serait "ferme" sur le sujet.

     


     

    Le parquet et la défense des Faucheurs demandent la saisine de la Cour européenne de justice

    Le procureur de la République de Foix, Karline Bouisset, a soutenu la "question préjudicielle" déposée par Me Guillaume Tumerelle, avocat des 21 Faucheurs volontaires qui devaient être jugés pour avoir, en septembre 2016, à Saint-Jean-du-Falga et à Pamiers, puis en mars dernier, à Foix, peint des bidons d'herbicides contenant du glyphosate. La défense estime, en effet, que le règlement européen autorisant la commercialisation des herbicides contenant le glyphosate et d'autres "co-formulants" ne respecte pas le principe de précaution, notion inscrite en droit français et européen. Me Tumerelle a donc demandé que le président du tribunal saisisse la Cour européenne de justice afin qu'elle réponde à cette question.
    Le juge Hervé Barrié dira, le 12 octobre prochain, s'il répond favorablement à cette requête. Les Faucheurs volontaires, soutenus par des centaines de personnes, n'ont pas caché leur joie à la sortie du palais de justice face à ce soutien du ministère public. "Ce dossier local va donc devenir européen et, si la Cour européenne dit que le principe de précaution n'est pas respecté, alors cela voudra dire que les produits de Monsanto contenant du glyphosate ne pourront plus être vendus. Il reste encore beaucoup de travail mais nous sommes sur la bonne voie", a estimé Me Tumerelle. 

    Des centaines de personnes en soutien

    Le comité de soutien, entre 100 et 150 personnes, est mobilisé depuis ce jeudi matin. D'abord rassemblé sous la Halle aux grains, le cortège a pris la direction des allées de Vilotte au son de la batucada. À midi, un stand de crêpe s'est mis en place pour ravitailler le cortège. Les soutiens sont arrivés à 13h30 devant le palais de justice, mais n'ont pu rentrer dans la salle d'audience, faute de place et par crainte des débordements.

     

     

     

     

    Mentions legales du site faucheurs-volontaires.fr

    NOUS CONTACTEZ PAR MAIL